Laetitia Chapuis

J’ai appris à arrêter de douter, et pris conscience que même si l’on avance un pas après l’autre, au bout du compte les choses se concrétisent. D’ailleurs, ce week-end j’ai signé mon premier contrat de livre avec une jeune maison d’édition, que du bonheur !

Avant de m’inscrire à « Illustration, l’Atelier », je me posais beaucoup de questions sur la concurrence et ma légitimité à faire ce métier. En revanche, je n’ai pas hésité à m’inscrire car je savais que j’avais tout à y gagner : la formation offrait à la fois de bons conseils et une communauté bienveillante où l’on pouvait suivre le parcours des autres étudiants illustrateurs. À plusieurs c’est beaucoup mieux car on réalise que l’on est pas seul.e à avoir des doutes et on peut s’encourager mutuellement.

La formation est pleine de bons conseils et les conseils d’Ëlodie sont toujours transmis avec optimisme. Au final, il faut s’accrocher et travailler, mais au fur et à mesure la confiance en soi et la légitimité en tant qu’illustratrice se développent. J’ai appris à arrêter de douter, et pris conscience que même si l’on avance un pas après l’autre, au bout du compte les choses se concrétisent. D’ailleurs, ce week-end j’ai signé mon premier contrat de livre avec une jeune maison d’édition, que du bonheur !

Frre audio

VAINCRE le SYNDROME de la PAGE BLANCHE

Dans cette ressource je partage avec toi mes conseils pour surmonter le syndrome de la page blanche et retrouver le plaisir de créer à nouveau.

Les portes se referment dans...