Faut-il vectoriser ses illustrations pour une meilleure qualité ?

Image vectorielle : faut-il vectoriser ses illustrations pour une meilleure qualité ? | Cliquez pour découvrir l'article

Illustration vectorielle, illustration classique, quelle est la différence ? Dans quels cas doit-on vectoriser ses illustrations ? C’est un sujet sur lequel on peut lire et entendre beaucoup d’idées fausses, et c’est pourquoi j’ai voulu écrire cet article. Si vous dessinez à la main et que vous ne savez pas comment vectoriser vos illustrations, pas de panique, vous n’aurez peut-être jamais le besoin de le faire ! 🙂

Alors quels sont les avantages et les inconvénients de l’illustration vectorielle ? Et comment prendre la décision de vectoriser ou non ses illustrations, je vous dis tout dans cet article ! C’est parti !

1 | Définition d’une illustration vectorielle

Ce qu’on appelle communément une illustration vectorielle, c’est une illustration entièrement dessinée sur ordinateur ou vectorisée à partir d’une image. Les illustrations vectorielles sont composées de points, de courbes et de formes plus ou moins complexes.  Le logiciel le plus connu pour réaliser ce type d’illustration est Illustrator de la suite Adobe.

Une image vectorielle présente souvent des régions de couleurs « flats » et unies et des contours lisses. Les formes qui la composent sont constituées de points et on peut leur appliquer différentes transformations  (dégradé de formes, symétrie, translation, interpolation, etc.). Elle se différencie en cela des images matricielles (ou images bitmap), qui sont constituées de pixels. Les extensions possibles de fichiers d’images vectorielles sont .ai (fichier illustrator) , .eps ou .svg.

Exemple : Malika Favre est très réputée pour ses illustrations vectorielles très pop – Crédit illustration : Malika Favre

crédit illustration : Malika Favre
www.malikafavre.com

Ce n’est pas toujours évident de déterminer si une illustration est vectorielle ou non car certains illustrateurs ont parfois un rendu très « flat » comme celui de Malika Favre ci-dessus bien qu’ils travaillent dans Photoshop. En revanche,  à l’inverse on peut difficilement reproduire le rendu d’une illustration matricielle contenant beaucoup de détails et de matières en vectoriel. Il est également assez compliqué de « vectoriser » des dessins et des illustrations complexes car cela génèrent beaucoup de formes et augmentent considérablement le poids du fichier.

Pour ma part je n’utilise jamais Illustrator pour mes illustrations car le rendu de mes illustrations (dessin fait fait, grain du papier, matières d’aquarelle, etc.) ne s’y prête pas. Je dessine tous mes dessins à la main souvent au crayon, puis je les scanne et les colorise dans Photoshop en les mixant avec des matières d’aquarelle également scannées.

Exemple : ce type d’illustration ci-dessous contenant beaucoup de détails (cheveux) ou des matières d’aquarelle, peinture, etc. peut difficilement être vectorisé

2 | Avantages de l’illustration vectorielle
  • Avec le vectoriel, on peut agrandir une image à l’infini sans perte de qualité et ce n’est pas négligeable. C’est pourquoi les graphistes créent leur charte graphique en vectoriel afin que leurs clients puissent facilement adapter leur logos et icônes d’un support à l’autre.
  • En vectoriel, le poids du fichier est souvent plus léger tant que les tracés qui la composent ne sont pas trop complexes. En effet, une image simple peut être agrandie sans que le poids du fichier n’en soit modifié.
  • Certaines commandes d’Illustrator comme la duplication (Ctrl + D) ou le dégradé de formes (Ctrl + alt + B) facilitent la création de motifs répétitifs. De plus, on peut changer en un seul clic la couleur d’un élément.
  • On peut facilement réaliser de petits dessins simples à la main puis les scanner et les vectoriser pour en faire des logos ou des icônes comme dans les exemples ci-dessous

Exemple : ce type de dessins ci-dessous peut être très facilement vectorisé (je ne peux pas en être certaine, mais je pense qu’il s’agit d’ailleurs de petits dessins vectorisés) – crédit de gauche à droite : Brine studioRyn Frank – SDCO partners )

3 | Inconvénients de l’illustration vectorielle
  • Il est impossible de reproduire à l’identique des textures et des matières organiques comme de l’aquarelle en vectoriel. Même si on trouve de plus en plus de textures vectorisées sur le net comme l’exemple ci-dessous en bleu à gauche, on différencie facilement ce rendu avec celui d’une image d’aquarelle réalisée à la main.En effet, l’image vectorielle se compose de différentes formes de couleurs et d’opacités différentes pour tenter d’imiter le rendu d’une vraie aquarelle. Cette complexité, rend la texture très difficilement modifiable. De plus on peut facilement se rendre compte qu’il s’agit d’une image vectorielle car les contours des formes sont très nets et caractéristiques du vectoriel.
  • Les formats d’images vectorielles ne sont pas adaptés aux web (* edit : appart le format .svg). C’est pourquoi on doit les convertir dans un autre format (.png, .jpg, etc.)

4 | Mythes et idées fausses concernant l’illustration vectorielle

Faut-il vectoriser ses illustrations pour une meilleure qualité ?
Noooooooon !!! C’est une question qu’on me pose souvent et c’est pourquoi j’avais envie d’écrire cet article. La qualité d’une illustration n’a rien à voir avec le fait qu’elle soit vectorisée ou non. Pour obtenir une bonne qualité optimale à l’impression pour une illustration matricielle, il est conseillé de travailler en 300 dpi minimum.

Est-il obligatoire de vectoriser ses illustrations pour imprimer sur certains supports comme la céramique ?
Là encore c’est non ! Certains imprimeurs vous diront qu’ils n’acceptent que des fichiers vectoriels mais c’est pour des raisons pratiques uniquement ou parce que leur matériel ne leur permet pas de faire autrement. Cela m’est arrivé une fois : j’avais réalisé une illustration destinée à être reproduite sur plusieurs objets dont des mugs en céramiques et on m’a fait comprendre que le vectoriel était plus adapté.

Mais pour moi, il est hors de question de vectoriser mes illustrations car cela serait beaucoup trop complexe et je n’arriverai pas à obtenir le même rendu que lorsque je dessine à la main et colorise dans Photoshop. Pour éviter les mauvaises surprises avec vos clients lors d’impression sur des objets, si vous avez un doute, je vous conseille de vous renseigner sur les préférences du prestataire qui va imprimer vos illustrations.

Image numérique et image vectorielle c’est la même chose ?
Non pas dut tout 😉 Ce qu’on appelle une illustration numérique, c’est une illustration en format numérique que l’on peut ensuite transférer à ses clients via internet ou sur une clé USB par exemple. Pour numériser ses dessins faits à la main, il suffit de les scanner.

Quand on fait une illustration vectorielle, c’est l’ordinateur qui fait le boulot tout seul c’est ça ?
Non plus ! Pour réaliser une illustration vectorielle il y a 2 options :
– « Dessiner » directement dans Illustrator (ou un logiciel équivalent) avec une tablette graphique par exemple
– « Vectoriser » un dessin à partir d’une image scannée (comme l’exemple des petits dessins un peu plus haut). Dans ce cas, en effet il y a une commande dans Illustrator (Fenêtre > Vectorisation de l’image), mais il faut jouer avec le curseur pour obtenir un résultat qui se rapproche le plus possible d’une illustration dessiné à la main. De plus, le résultat obtenu est rarement parfait c’est pourquoi il faut venir « nettoyer »  et « alléger » l’illustration après la vectorisation. Pour plus d’informations sur cette technique, vous pouvez relire cet article.

 

Voilà vous savez tout sur l’illustration vectorielle désormais ! Est-ce que vous avez d’autres questions à ce sujet ? Est-ce que vous réalisez déjà des illustrations vectorielles ?

Si non est-ce que vous avez envie de vous y mettre ? Venez me raconter tout cela en commentaire, cela intéressera certainement d’autres illustrateurs.trices et graphistes tel que vous ! Et si vous avez des anecdotes ou des conseils à donner, venez également les partager en commentaire pour en faire profiter tout le monde.


En ce moment je travaille à l’écriture d’une future formation en ligne à destination des illustrateurs. Si tu veux accéder aux coulisses de sa création et être tenu.e au courant en avant première de son contenu et de son lancement, clique-ici : accéder aux coulisses

 

 

13 Commentaires

  • Ruliet

    Encore un super article!!!
    Justement on me demande de plus en plus de logos et je pense que pour ce travail il faut passer par la vectorisation, par contre pour mes illustrations et autres cartes je passe seulement au scanner…
    Sur tous les sujets que tu abordes je crois m’être posé des questions donc c’est top d’avoir un avis, un support.
    Merci encore!

    • elodie_2019

      Oui tu as raison Julie, si le vectoriel n’est pas nécessaire, autant rester dans la méthode traditionnelle 😉 Et effectivement privilégier le vectoriel pour tout ce qui est charte graphique (logos, îcones, etc.) 😉

  • Ploumie

    Coucou Elodie 🙂
    J’espère que tu vas bien !
    Il faut bien appuyer sur le fait que le vectoriel c’est quand même beaucoup plus appliqué pour les logotypes et les icônes web enfin, à ce qui s’apparente à du pictogramme ou de l’illustration bien épurée 🙂
    Et je voudrais préciser aussi que le vectoriel est accepter pour le web si le doc est en .svg (il n’est pas pris en charge sur le cms de wordpress mais c’est possible de l’utilisé avec quelques manipulations)

    • elodie_2019

      Coucou oui merci je vais bien j’espère que toi aussi ?

      « Il faut bien appuyer sur le fait que le vectoriel c’est quand même beaucoup plus appliqué pour les logotypes et les icônes web  »
      Oui j’en parle justement : « C’est pourquoi les graphistes créent leur charte graphique en vectoriel afin que leurs clients puissent facilement adapter leur logos et icônes d’un support à l’autre. »
      En revanche je connais des personnes qui font beaucoup de motifs pour destinés à être imprimer sur des tissus, de la tapisserie par exemple et qui les font dans Illustrator.

      « je voudrais préciser aussi que le vectoriel est accepter pour le web si le doc est en .svg »
      Oki je vais creuser pour le fichier .svg accepté sur le web et modifier l’article en fonction 😉

      Merci pour ton retour 🙂

    • Ploumie

      Yeap ça va bien, merci ! 🙂

      « En revanche je connais des personnes qui font beaucoup de motifs destinés à être imprimer sur des tissus, de la tapisserie par exemple et qui les font dans Illustrator. »

      Oui et c’est hyper pratique pour ça, les formes crées sont tellement modulable, et je trouves que sur le point « motif » Illustrator est moins « usine à gaz » et plus ergonomique que Photoshop, je crois que c’est le logiciel que j’utilise le plus depuis ma sortie d’école ( avec Indesign – mais ça c’est encore autre chose :D).

  • Mon Roy’Home

    Moi qui pensait que c’était essentiel de savoir se servir d’Illustrator pourmes aquarelles, je m’aperçois que finalement ce n’est pas si nécessaire ! 🤗 J’ai commencé à découvrir Photoshop et j’ai l’impression que finalement j’ai plus intérêt de me concentrer sur la compréhension de ce logiciel sauf à vouloir faire du dessin sur tablette. et comme j’utilise accessoirement Procreate, je crois que je vais me contenter de ça pour l’instant et effacer cette frustration qui me tiraillait par manque de temps de me pencher sur la question ! Merci à toi de m’avoir éclairée !

    • elodie_2019

      Heureuse de t’avoir éclairé 🙂

  • Patou

    Bonjour Elodie et merci pour ton article très intéressant.
    Il y a peu j’ai appris à scanner une illustration, pour ensuite passer par la vectorisation (sous Illustrator) dans le but de la colorier, ainsi je supprimais les fonds blancs qui devenaient transparents, et je passais sous Photoshop pour la coloriser avec des calques.
    J’ai plusieurs interrogations :
    1/ Peut-on vectoriser une image sous Photoshop où faut-il passer par Illustrator.
    2/ Comme tes illustrations sont très complexes et raffinées j’aimerai un jour que tu nous expliques comment d’une image juste scannée tu arrives à la coloriser sous Photoshop. (Pour moi les fonds blancs empêchent la superposition des claques)
    3/ Comment d’une image vectorisée, tu arrives sous Illustrator à la colorier. J’ai cru comprendre que la technique est différente entre Photoshop et Illustrator. J’ai mis des calques de couleurs pour y arriver, alors que je crois qu’il y a « plus simple » en sélectionnant des zones de son dessin et en les remplissant comme des pochoirs. Ça a l’air tout simple mais c’est un vrai casse-tête pour des débutants.
    Et félicitations pour ton nouveau site, tes lives et ton défis, tu as bien travaillé.

  • Monique

    Merci pour tout
    J’ai pas tout pigé, mais je vais relire.
    . Et choper la migraine, mais, bon, j’ai 68 balais, et, je suis née à l’époque des machines à alcool pour dupliquer !!@

    • elodie_2019

      Oh non qu’est-ce que tu n’as pas compris Monique ?

  • Charlotte

    Merci pour cet article, très intéressant. On ne sais pas toujours comment s’y retrouver et quoi faire de ces dessins. Pour ma part, je fais beaucoup d’aquarelles et de sketchs. Impensable de les vectoriser! Continue avec tes articles, de l’info de qualité en français ça fait du bien 🙂

    • elodie_2019

      Merci Charlotte ! 🙂
      Bonne continuation !

  • Rose Capsule

    Un grand merci pour ton article Elodie ! Tes conseils m’ont beaucoup éclairée sur l’utilité de la vectorisation !
    Je fais la plupart de mes dessins à la main et j’avoue que je ne voyais pas du tout comment vectoriser tout en conservant tous les détails des coups de crayon (d’autant plus qu’on m’avait toujours présentée la vectorisation comme une étape obligatoire). Du coup, je vais essayer avec photoshop, qui m’a l’air beaucoup plus adapté au rendu que je souhaite ! 🙂

Poster un commentaire