Tarif cession de droit illustration : on reprend tout depuis le début !

Illustrateurs, pourquoi vous ne devriez jamais accepter de travailler pour moins de 100 euros | Cliquez pour découvrir l'article

La tarification en illustration est un sujet que j’ai déjà abordé plusieurs fois ici, mais ce sujet est inépuisable ! Le gros problème comme vous le savez, c’est le fait qu’il n’existe pas de règle « universelle » pour estimer une cession de droits d’où la difficulté de fixer ses prix. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille estimer ses prix « au feeling » loin de là, car toute cession de droit doit légalement faire l’objet d’une rémunération proportionnelle aux gains (ou quand ils ne sont pas quantifiables à l’étendue de la cession).

La cession par l’auteur de ses droits sur son oeuvre peut être totale ou partielle. Elle doit comporter au profit de l’auteur la participation proportionnelle aux recettes provenant de la vente ou de l’exploitation. (Article L131-4 du Code de la Propriété Intellectuelle)

Tous les jours je reçois des messages dans lesquels on me demande mon avis sur un devis, donc visiblement ce sujet vous passionne et je vous comprends ! Pour ma part, j’ai appris sur le tas, mais voici tout de même quelques informations qui pourront sûrement vous être utiles la prochaine fois que vous rédigerez un devis d’illustration.

Cet article fait partie d’une série d’articles sur la tarification en illustration que vous pouvez retrouver ici :
– Devis illustration – Combien vendre ses dessins ?
– Tarif illustrateur débutant vs illustrateur confirmé

 

1 | Droits d’auteur, cession de droits, quelle est la différence ?

Premièrement je pense que c’est important de bien faire la différence entre ces 2 termes qui ne désignent pas la même chose :

a / Droits d’auteur :
En France, la législation accorde aux auteurs la totalité des droits d’auteurs sans aucune formalité. En d’autres termes, vos illustrations (et toutes vos créations originales en général), sont protégées à compter du jour-même de leur réalisation. Grâce à ces droits d’auteur vous bénéficiez des :

Droits moraux : ils vous permettent de vous opposer à une divulgation de votre illustration qui serait faite sans votre consentement ou à une utilisation qui la dénaturerait. Ces droits vous permettent également de revendiquer que votre nom soit mentionné. Ils sont perpétuels et ne peut pas être cédés. Si un client vous dit le contraire, vous pouvez le renvoyer sur ce lien.

Droits patrimoniaux : ce sont ces droits que vous pouvez « louer » en quelque sorte lorsque vous réalisez une cession de droits pour un client. Ces droits vous permettent d’interdire ou d’autoriser l’utilisation de votre illustration et de percevoir une rémunération en contre-partie.

Illustrateurs, pourquoi vous ne devriez jamais accepter de travailler pour moins de 100 euros | Cliquez pour découvrir l'article

b / Cession de droits :
Et donc si vous avez bien lu la définition des droits d’auteur ci-dessus, vous aurez compris que ce que l’on cède lors d’une cession de droits ce sont les droits patrimoniaux. Cependant et c’est très important, vous restez toujours détenteur.trice de vos droits moraux qui eux ne peuvent en aucun cas être cédés.

Illustrateurs, pourquoi vous ne devriez jamais accepter de travailler pour moins de 100 euros | Cliquez pour découvrir l'article

2 | Comment est calculé le tarif d’une illustration ?

Le tarif d’une illustration est divisée en 2 parties :
le coût de production + les droits d’utilisation (cédés dans une cession de droits) = le tarif total de votre illustration

Illustrateurs, pourquoi vous ne devriez jamais accepter de travailler pour moins de 100 euros | Cliquez pour découvrir l'article

a / Comment déterminer le prix de production ?
Alors il n’y a aucune règle nulle part, pour ma part c’est à force de recevoir des demandes de la part de clients qui venaient me solliciter avec un budget pré-établi (c’est souvent le cas des magazines par exemple), que j’ai commencé à me faire une petite idée.

Par exemple, j’ai constaté que le coût de production d’une illustration au format A5 était facturée environ 300-400 euros et une illustration au format A4 environ 600-1000 euros.

Si l’illustration est très complexe vous pouvez éventuellement augmenter ce tarif, si vous avez une illustration encore plus petite que du A5, vous pouvez baisser votre tarif, etc. Si vous travaillez pour un client important vous pouvez aussi moduler à la hausse votre tarif en fonction, comme je vous disais il n’y a pas de règle !

Cependant, je vous conseille vivement d’éviter les calculs tout faits du style : 1 personnage = 200 euros , 2 personnages = 300 euros, etc. Je trouve que cette méthode dévalorise totalement notre travail, n’oubliez pas que vous ne vendez pas de la charcuterie, personne n’a envie de payer pour un produit, les gens achètent avant tout du rêve alors éviter de considérer votre art comme une vulgaire marchandise (mes excuses aux charcutiers qui passeraient par là 🙈 😉).

b / Comment calculer les droits d’utilisation ?
Il y a plusieurs cas de figure pour le calcul des droits d’utilisation :

L’édition (livres, les objets édités)
Lorsque vous illustrez pour un livre, ou pour des produits édités, le bénéfice apporté par vos illustrations est quantifiable. Plus il y a de ventes, plus votre travail est rentable. Par conséquent, généralement, les maisons d’édition vous versent ce qu’on appelle des royalties (pourcentage sur les ventes). Par exemple pour les livres ces royalties peuvent tourner autour de 10-12 %. Une fois par an ou tous les trimestres, vous recevrez un récapitulatif de vos ventes et de vos royalties et vous devrez rédiger votre facture à votre client.

Ce système est un peu compliqué à suivre surtout lorsque vous commencez à avoir plusieurs produits en circulation, mais malheureusement la plupart des maisons d’édition fonctionnent avec leur propre contrat sans qu’on ne puisse y apporter de modification. Parfois, celles-ci proposent une « avance sur les droits », ce qui présente l’avantage de toucher une partie de ses droits plus rapidement.

La publicité (packaging, campagnes publicitaires, image de marque)
Comme je vous disais en introduction, malheureusement, il n’existe pas de méthode universelle pour calculer le prix des droits d’auteur. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est si difficile de chiffrer des projets publicitaires de grande envergure lorsque l’on débute parce qu’on manque d’éléments de comparaison. Vous pourrez toutefois vous appuyer sur les exemples réels que je vous donne dans mon guide et sur le barème du journal officiel repris dans le kit de de survie du créatif qui utilise le système du coëfficient.

Comme ce dernier n’est pas complet (par exemple il n’y a rien pour les packagings), je vous recommande de le croiser avec ce barème de droits d’auteur de la photographie de 2010 ou de commander le dernier barème en vigueur.

Les illustrations pour les autres clients (magazines, journaux, boutiques, particuliers) :
Les droits d’utilisation étant calculés en fonction de l’ampleur de la diffusion d’une illustration, ils concernent surtout les projets bénéficiant d’une forte exposition médiatique. Pour les illustrations de magazines et journaux, les droits d’utilisation sont généralement « absorbés » dans un prix global.

En ce qui concerne les particuliers et les marques bénéficiant d’une plus faible exposition médiatique, je vous conseille également de proposer un tarif global à votre client afin d’éviter d’éviter de mentionner les droits d’utilisation qui sont généralement mal acceptés par les clients n’ayant pas l’habitude de travailler avec des illustrateurs.

Attention, cela ne vous dispense pas pour autant de mentionner précisément dans votre devis les détails de la cession de droits de votre illustration (durée, territoire, supports, etc.).

 

3 | Revenus bruts ≠ revenus nets

N’oubliez jamais que les sommes perçues de vos commandes sont brutes et qu’il vous faudra ensuite verser des charges sur celles-ci (cotisations sociales, retraite). De plus, vous avez d’autres taxes et factures du quotidien à prendre en compte lorsque vous déterminez vos prix si vous souhaitez que votre entreprise continue à prospérer et vivre sereinement de votre activité.

Si vous n’avez aucune idée de vos dépenses annuelles, je vous conseille de commencer par cela. Prenez vos relevés de compte de l’année dernière et faites la somme de toutes vos dépenses. Une fois ce calcul effectué, divisez ensuite cette somme par 12 pour déterminer votre « salaire brut » minimum. Personnellement j’utilise l’application Bankin’ sur mon téléphone qui me permet de connaître précisément mes dépenses et de le catégoriser.

Lorsque vous facturez une illustration moins de 100 euros, vous vous tirez littéralement une balle dans le pied : pour atteindre un SMIC, vous allez devoir réaliser au minimum 12 illustrations par mois (SMIC mensuel net : 1 171,34€) !

Sans parler du nombre d’heures affolant que cela représente, vous allez également devoir trouver beaucoup plus de clients pour être rentable ce qui n’est pas une mince affaire. De plus avec un un rythme aussi effréné, difficile de trouver le temps de prospecter ou de mettre une stratégie marketing en place.

De plus même si vous êtes jeune et passionné.e aujourd’hui, pensez au futur, pensez-vous pouvoir suivre ce rythme longtemps ? Personnellement pendant longtemps je ne comptais pas mes heures, et je pouvais passer des nuits entières à travailler pour un client. Mais depuis j’ai compris l’importance d’avoir du temps pour soi pour profiter de ses proches, prendre du bon temps, vivre tout simplement !

Ne prenez pas le risque de vous dégoûter de votre passion en vous démenant corps et âme. Je vous parle en connaissance de cause car j’étais comme cela avant, mais désormais, je fais de mon temps une priorité, et je refuse toutes les propositions qui ne sont pas rémunérées proportionnellement à mon temps de travail (exemple : je refuse les propositions de produits pour en faire la promotion gratuitement sur instagram).

J’ai mis longtemps à comprendre cela, mais avoir un rapport à l’argent équilibré, permet de privilégier ce qui compte réellement, à savoir passer du bon temps, profiter de ses proches, voyager, réaliser des projets personnels, etc.

Si vous avez encore des doutes et que vous n’osez pas pratiquer des tarifs plus élevés parce que vous débutez, vous pouvez relire cet article.

4 | Petits tarifs = petits clients

En plus d’avoir un site web pro et un portfolio en béton, pratiquer les tarifs du marché et très important pour paraître crédible auprès de sa clientèle. Ne vous dévalorisez pas, vous êtes un.e pro et vous méritez que vos tarifs reflètent cela.

En matière de négociation, la psychologie a une place importante, et ce n’est pas toujours votre manque d’expérience qui pousse votre client à tenter de tirer vos prix vers le bas. Parfois sans vous en rendre compte, c’est vous-même qui envoyez des signaux qui incitent votre client à prendre le dessus pour tirer profit de la situation. C’est totalement logique, alors si vous vous retrouvez dans une situation inconfortable lors d’un rendez-vous client, ne soyez pas trop dur.e envers vous-même mais pensez juste à ne pas annoncer de tarif à votre client sans avoir pris le temps d’y réfléchir au calme chez vous.

Est-ce que cet article vous permet d’y voir plus clair en terme de tarification ? Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Vous est-il déjà arrivé de facturer trop bas et de le regretter par la suite ? Si oui laissez un commentaire ci-dessous pour nous raconter votre histoire ! Et si vous avez des idées ou des conseils à partager sur ce sujet, j’adorerais les lire et en faire profiter à tout le monde.


En ce moment je travaille à l’écriture d’une future formation en ligne à destination des illustrateurs. Si tu veux accéder aux coulisses de sa création et être tenu.e au courant en avant première de son contenu et de son lancement, clique-ici : accéder aux coulisses

37 Commentaires

  • Gwen

    Bonjour Elodie,
    Cet article tombe bien car j’ai une question à ce propos qui me tracasse depuis quelques temps. Dans mon cas, ma technique fait que je peux réaliser des illus en assez peu de temps. Aussi je me retrouve avec un tarif création nettement inférieur au tarif droits d’utilisation, n’est-ce pas gênant ? Me conseillerais-tu d’englober le tout sous forme de forfait ?

    • elodie_2019

      Bonjour Gwen, très bonne question ! Sans connaître tes tarifs c’est un peu difficile de te répondre, mais instinctivement je te conseillerais d’augmenter ton tarif de production pour qu’il soit cohérent avec le montant de tes droits d’utilisation, mais tu peux également faire un prix global en effet, il n’y a pas vraiment de règle 😉

  • elise

    Merci bcp pour toutes ces informations car j’avoue être complètement perdu concernant le tarif de mon travail. Aujourd’hui j’y vois un peu plus clair. Toutefois, j’aurais une question : lorsque l’on réalise un album jeunesse pour une maison d’édition, il ne nous paie que par royalties, il ne paie pas le coût de production ?
    Merci pour ta réponse car sur ce sujet je n’ai pas de tarif de référence concernant les albums jeunesses.
    Bonne journée à toi et encore merci pour ton aide 🙂

    • elodie_2019

      Très bonne question Elise, oui effectivement, je crois que pour la plupart des éditeurs, le coût de production passe à la trappe, mais pourquoi ? Mystère…

      • Sandrine

        Je confirme que ça passe complètement à la trappe. Il faut estimer la valeur de son travail et demander un a-valoir plus élevé (minimum garanti)… Mais à moins d’avoir été publié au moins sur 10 ouvrages à compte d’éditeur, c’est très compliqué à négocier.

  • Charline

    Coucou Élodie !

    Une petite question sur les droits de cession … J’ai été contactée par une boîte qui travaille actuellement sur la migration d’un site web et d’un programme de fidélité pour ses clients (directement intégré au site) pour justement réaliser les illustrations. Je suis pour l’instant dans l’attente d’informations supplémentaires et je ne sais donc pas le nombre d’illustrations exacte à faire. Néanmoins, j’ai essayé de m’informer sur internet sur le prix des droits de cession, sans trouver à combien je pourrai tarifer les droits pour une illustration présente sur un site web (je n’ai pas pu accéder au site web pour estimer l’audience qu’il peut avoir, mais pour te donner une idée la boite est suivie par plus de 25000 personnes sur les réseaux sociaux). Je n’ai trouvé que des repères pour de l’illustration imprimée… Pourrais-tu m’aider stp ?

    Je te remercie d’avance et bonne journée ! 🙂
    Charline

    • elodie_2019

      Bonjour Charline,
      J’ai posé la question à mon agent il y a quelques temps qui m’a répondu que malgré les années d’existence du web maintenant, les clients ont du mal à prendre ce média au sérieux lorsqu’il s’agit de payer ^^.
      Le web est encore très dévalorisé et pourtant c’est un media très puissant. A toi de voir combien tu veux faire payer tes droits à ton client, mais comme je le dis dans l’article, tu peux te référer au barème de la photo :https://www.elodiefrigot.fr/bareme-upp-2010.pdf

      • Charline

        Merci beaucoup pour ce document !

        Bonne journée à toi 🙂

  • Léa

    Bonjour,
    Une amie illustratrice et moi même (« auteur ») essayons de faire naître notre projet d’album jeunesse. Nous souhaiterions rester en bons termes et donc nous protéger de tout ce qui pourrait être néfaste pour l’une et l’autre. Avez vous des exemples de contrat que nous pourrions signer toutes les deux, entre nous, afin d’être considérée équitablement dans toutes les conséquences (heureuses ou malheureuses) qui découleront de cette expérience? Nous pensons dans un 1er temps à l’autoédition.

    Merci de votre retour,
    Bonne journée

    Léa

    • elodie_2019

      Bonjour Léa, ah non je suis désolée, mais je n’ai jamais eu de contrats comme celui-ci. Je te conseille de demander à un avocat, je crois qu’il y a certains avocats qui fournissent des conseils gratuitement dans la mairie de ta ville

  • aurélie

    Bonjour et merci pour ces infos.

    je dois réaliser une cession de droits auprès d’un musée pour l’utilisation d’illustrations pour une scénographie d’expo qui va durer 8 mois environ.

    C’est un grand musée brassant pas mal de public.

    J’ai du mal à trouver l’info.

    Merci par avance,

    A.

  • Loïc

    Bonjour Elodie,

    Merci pour tous ces précieux conseils.
    Auriez-vous un exemple de contrat de cession de droits?
    J’en ai rédigé un mais j’ai beaucoup de mal à mettre à plat la partie du renouvellement des droits qui perturbe mes clients.

    Merci,

    Loïc

    • elodie_2019

      Bonjour, oui justement dans le guide que je propose de télécharger dans le milieu de l’article (bannière grise), il y a plusieurs exemples de devis réels.:)

    • elodie_2019

      Le guide se trouve dans la librairie de freebies ! 😉

  • Sylvain

    Bonjour Élodie,

    Alors ma situation est assez compliquée. Je suis illustrateur amateur. Et je comptais me lancer en free-lance. Mais une cliente m’a contacté pour qu’elle puisse utiliser mon illustration dans un article de revue universitaire.

    Alors on a discuté de la rémunération. Mais vu que je n’ai pas de société je ne sais pas du tout ce que je dois faire. C’est important car la cliente pense faire appel à moi pour d’autres travaux (affiches, couverture.etc).

    Du coup, quelles démarches vous me conseillez ? Je sais que la situation est vague et assez complexe. Mais je suis complètement perdu :/

    Merci à vous.

  • Sylvain

    @ELODIE_2019 Merci beaucoup pour la réponse et les liens ça va beaucoup m’aider 🙂

    • Anaïs

      Bonjour !

      Je cherchais de l’aide à propos des droits d’auteurs et je suis contente d’être tombée sur votre article.
      Je rencontre une situation un peu particulière : j’ai été contactée par une jeune étudiante qui souhaiterais utiliser une de mes illustrations pour un projet d’édition fictif (projet de fin d’année destiné à être évalué).
      Il ne sera donc pas publié, mais je dois tout de même lui céder les droits de reproductions (si je ne me trompe pas).
      C’est la première fois pour moi que je dois gérer une situation de cession de droits avec un particulier, auriez-vous des conseils pour fixer un tarif convenable ?

      Je vous remercie d’avance pour votre aide,
      Anaïs.

  • pascal

    Bonjour et merci pour ce post fort instructif pour un néophyte comme moi.
    Un chef de notoriété moyenne me demande de réaliser des illustrations de ses plats afin de les encadrer dans son restaurant.
    c’est une toute première collaboration pour moi, et peut être la promesse d’un projet plus ambitieux ultérieurement.
    chaque illustration (aquarelle) est en format A5.
    Combien dois je facturer ce travail ? … combien vendre une oeuvre originale ?
    si vous avez 5 mn pour me répondre … d’avance un grand merci
    cordialement
    Pascal

    • elodie_2019

      Selon l’utilisation que tu décris, il s’agit d’une utilisation commerciale, donc c’est un projet pub, je te conseille de jeter un oeil aux exemples de devis du guide à télécharger dans l’article. Et au passage, ne jamais prendre les « promesses de projets plus ambitieux ultérieurement » en considération. Chaque chose en son temps, je te conseille de te concentrer sur ce projet là sans prendre en compte le reste et de voir par la suite. Une promesse n’est jamais une garantie tous les illustrateurs aguerris pourront te le dire 😉 Un « tiens » vaut mieux que deux « tu l’auras ».

  • M-Claire

    Bonjour,

    Un grand merci pour tous vos articles et vos conseils.
    J’ai illustré une méthode de piano pour un professeur. J’ai été payée par ce professeur (salaire et droits d’auteur)
    Il pensait en faire un usage « privé » uniquement pour les élèves de son école de musique. Les retours étant plutôt positifs, il l’a envoyée dans une maison d’édition qui accepte de la publier.
    Pouvez-vous me dire si dans ce cas, la maison d’édition doit aussi me payer des droits? Est-ce un montant en fonction du nombre vendu? C’est une maison d’édition connue, réputée… qui doit me contacter prochainement et j’aimerai savoir ce que je peux leur dire.
    Je serai heureuse d’avoir quelques conseils qui pourront m’éclairer sur ce cas.
    Je vous remercie d’avance.
    Marie.

    • elodie_2019

      Question : il t’a demandé avant de l’envoyer dans une maison d’édition ? J’espère en tout cas ! Oui la maison d’édition doit également te rémunérer car ce n’est pas la même utilisation qui est faite de ton travail. Tu dois effectuer une nouvelle cession de droits pour cette demande. Pour le type de rémunération, dnas l’édition il y a plusieurs options : soit on te propose un pourcentage sur les ventes, soit on te paie une somme forfaitaire correspondant à un certain nombre d’exemplaires. Quoiqu’il arrive, ne signe rien qui ne soit pas limité dans le temps ou le nombre d’exemplaires !

  • Sam

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article qui j’en suis sûr aide nombre d’entre nous, illustrateurs indépendants !

    Je me dis que vous pourriez peut-être m’éclairer de vos lumières sur une requête que j’ai reçue !
    Une structure culturelle m’a demandé de réaliser des illustrations pour un jeu qui sera diffusé numériquement auprès de leur partenaires dans un premier temps puis peut-être sur leur site web.

    Quel type de tarifs peut-on pratiquer dans ce cas là ? Je me pose notamment la question du droit d’auteur/diffusion/cession…

    En espérant que vous pourrez m’aider !
    Bien à vous et bravo pour votre travail !

    Sam

  • Marthe

    Bonjour Elodie,

    Un grand merci pour ces précieux conseils. Pour ma part je suis Designer textile, le domaine varie donc un peut. Une phrase requiert mon attention :
    « Ces droits vous permettent d’interdire ou d’autoriser l’utilisation de votre illustration et de percevoir une rémunération en contre-partie. »

    Mon client va imprimer mes dessins sur des couvre lits, j’ai mal négocié les prix (ne m’étant pas assez renseignée sur les tarifs du marché) mais pensez vous que je peux ajouter une mention juridique stipulant qu’a partir du moment ou il fait des bénéfices avec (il compte faire entre autre des collab avec plusieurs maisons apparement) un très petit pourcentage me revient ?

    Je réalise bien que ça n’est pas votre domaine mais je me dit qu’avec toute votre expérience vous auriez peut’être la réponse.

    Merci beaucoup si vous pouvez m’éclairer.

    Bien à vous,

    Marthe

    • elodie_2019

      Bonjour, si tu n’as pas rédiger de cession de droits, légalement ton client n’a même pas le droit d’utiliser tes illustrations. J’imagine que c’est la cas ? Si oui, tu peux lui dire que tu viens de l’apprendre et lui proposer de signer une cession de droit incluant une limite d’utilisation.

  • Anouk

    Bonjour Elodie,

    Aloooors… dans les expériences : maintenant, lorsqu’on me contacte pour une demande d’illustration, je demande rapidement « s’il y a un budget pour ça ». Ca permet déjà de faire comprendre que je ne travaille pas gratuitement. Et de proposer quelque chose en rapport au budget prévu.
    Une de mes grosses erreurs, c’est de ne pas avoir défini correctement le travail (définir des étapes et définir la livraison du travail) et surtout de ne pas mentionner qu’au delà de x modifications, le travail supplémentaire sera facturé. J’ai perdu infiniment de temps, et donc d’argent aussi, et surtout de motivation à devoir modifier encore et encore les illustrations. Je dis « surtout », car au final ce sont des projets qui m’ont presque dégoûtée par dépit, et cela est contre-productif.

    Quand je vends des tableaux ou dessins (donc des travaux non commandés), là je m’appuie sur le temps de création combiné avec la taille pour fixer un prix. En effet, à taille égale un tableau peut demander le double de travail qu’un autre, et je trouve plus correct pour l’acquéreur comme pour moi de fixer un prix différent. Durant une expo une cliente m’a demandé la raison de certaines différences de prix, je le lui ai expliqué, et elle en a été très satisfaite. C’est devenu une plus-value et la personne m’a fait davantage confiance .
    Dans le contrat de vente je précise que je reste propriétaire des droits de reproductions (et l’explique aussi oralement ou par écrit afin que ce soit clair).
    Voilà… bonne journée!
    Anouk

  • Damla

    Bonjour j’ai une question j’aimerais connaître les droits sur les illustrations dans le sens ou si je veux dessiner un mannequin comme Gigi Hadid ou dessiner un animé que j’ai vu est-ce que j’ai le droit de vendre cette illustration ? Est-ce que j’ai le droit d’en faire un tableau ou une coque de téléphone et de vendre ce produit là c’est des questions que je me pose et que je ne trouve pas la réponse sur Internet j’ai vraiment besoin d’aide merci !

    • elodie_2019

      Pas si le photographe peut reconnaître sa photo à travers ton illustration 🙂

  • Vanessa

    Bonjour,
    Un grand merci pour tous vos articles ! J’ai 2 questions :
    1) Je connais plusieurs illustrateurs qui réalisent une illustration et vendent ensuite les droits de reproduction de cette illustration à plusieurs structures différentes pour qu’elles l’utilisent sur divers supports (brochures pour l’une, magasine pour l’autre etc.). Cela est-il correct du point de vue juridique ? Je dirais que oui car l’illustration originale leur appartient et ils ne vendent que des droits d’utilisation de l’image (en précisant le type de support de diffusion + durée d’utilisation etc.) mais j’aimerais en avoir la certitude.
    2) Si je dessine (un animal par exemple) à partir d’une photo libre de droit (disponible par exemple sur Pixabay), puis-je vendre le dessin (en mentionnant le photographe de la photo originale) ?
    Merci d’avance pour vos réponses.
    Bien à vous,
    Vanessa

    • elodie_2019

      Bonjour,

      1 / Oui comme tu le dis c’est tout à fait possible, d’ailleurs, dans cet article j’explique comment cela permet aux illustrateurs de gagner plus d’argent et comment faire ici :https://elodie-illustrations.net/illustration/droits-illustration-vie/.

      2 / Non pas vraiment, il faut faire en sorte que la photo ne soit pas reconnaissable par le photographe pour ne pas avoir d’ennui.

      • Vanessa

        Bonjour,
        Merci beaucoup pour vos réponses. J’ai bien relu l’autre article sur les droits d’illustration, mais alors est-il possible de vendre les droits de reproduction à différentes structures en même temps? C’est à dire vendre les droits à un prestataire pendant qu’un autre a lui aussi les droits sur cette même image ? Et non pas, pas exemple, 1 an pour l’un, puis une fois que cette année est passée, 2 ans pour une autre etc. ? Ou faut-il impérativement attendre la fin de droits chez l’un pour vendre les droits à un autre ?

  • bruno

    Bonjour
    je suis photographe, (statut d’artiste auteur, régime fiscal du micro BNC non assujettis à la TVA). Un particulier veut m’acheter des photographies pour illustrer son livre de poèmes. Cette personne ne veut pas faire un usage commercial de ce livre, c’est juste pour lui. Comment dois-je lui vendre les photographies ? Facture, note d’auteur, … ?
    Merci

    • elodie_2019

      Si c’est juste pour lui, il n’y a pas de droits à payer, mais pour le reste je n’en sais pas plus je suis illustratrice pas photographe, désolée.

  • Claire

    Bonjour Élodie,
    Merci beaucoup pour tout ce que tu fais, c’est une aide incroyable !
    J’ai relu tout ce que tu as écrit sur les droits mais je me pose la question de l’exclusivité. J’ai peut-être raté une explication, excuse-moi si c’est le cas.
    En bref, je démarre dans l’illustration nature. Je me pose tout simplement la question de comment mentionner l’exclusivité si elle est demandée, faut-il la chiffrer dans les coûts ? Ou sinon, est-ce que le fait d’inscrire une durée de droits d’utilisation sous-entend qu’après, l’illustration peut être vendue à quelqu’un d’autre ou moi-même ?
    Ou tout simplement, est-ce que cela ne se fait pas de vendre plusieurs fois la même illustration ? Sachant que généralement je ne dessine pas pour représenter une marque, mais plutôt des animaux par exemple, et je vise plutôt des collectivités ou associations.
    Merci d’avance pour ton aide.
    Claire

  • Philippe

    Bonjour, en vous souhaitant bonne réception de mon mail, voici ce qui m’amène vers vous:
    – je vais réaliser un ouvrage de sciences naturelles (anatomie) pour les adolescents en m’inspirant d’un livre ancien (1962) dont j’ai retrouvé les ayants-droit de l’auteur. Ces ayants-droit me donnent la permission d’utiliser l’ouvrage de leur ascendant sans difficulté, en modifiant certaines parties un peu anciennes.
    Reste le droit des illustrations. Je sais que ces illustrations appartiennent à l’ancien éditeur LIGEL.
    J’ai donc demandé aussi une autorisation. J’attends leur réponse.

    Parallèlement à cela, je me pose une question : ai-je le droit de redessiner une illustration à partir d’un modèle (calque) ? Modèle que je peux modifier quelque peu en le redessinant. Qu’ai je le droit de faire dans ce domaine ? Le fait d’utiliser un calque et de modifier le dessin d’origine en le reproduisant constitue-t-il une violation du droit ? Pourriez-vous me renseigner sur ce sujet car c’est un peu confus pour moi. Avec mes vifs remerciements.
    Philippe Houzelle

  • Severine

    Bonjour Elodie,

    Vos article sont très intéressants. Je vous en remercie.

    J’ai une question concernant une illustration sur un support différent que le support papier/presse:
    On me demande des illustrations à destination de produit mobilier : table et chaise en bois vendus en petite série par une petite entreprise.
    J’avoue que je suis complètement perdue: je n’ai aucune idée sur le montant du tarif de cession de droit à appliquer.

    Bien que cela ne soit pas votre domaine (produit, mobilier) pouvez-vous m’aiguiller? J »aimerai avoir votre avis de part votre expérience, car je ne sais pas sur quoi me baser..

    Je me demandais si je pouvais appliquer un pourcentage par rapport au prix de production…?

    Merci grandement par avance de votre aide et vos lumières, si vous pouvez m’éclairer 😉
    Bien à vous

  • Elise

    Bonjour Elodie,
    Merci pour tous vos conseils!
    Je suis aquarelliste.
    J’ai proposé mes illustrations à une grande marque française de prêt à porter (une boîte qui pèse 96 millions de chiffre d’affaires), et j’ai beaucoup de chance, puisqu’ils ont flashé sur mes aquarelles et vont sortir une collection enfants!!!
    Je dois leur envoyer mon devis dans la journée (c’est donc urgent! 😉 ).
    Ce sont des aquarelles au format A5.
    Elles seront imprimées sur des t shirts, pulls…
    Quel tarif puis-je proposer (je pensais à 150€ TTC chaque aquarelle – sachant qu’ils feront une sélection en fonction du prix), et comment faire concernant les droits de reproduction?
    Un grand merci d’avance de votre réponse!!
    Elise

Poster un commentaire

FREE GUIDE
Le Guide Ultime pour bien encadrer

Dans ce guide, vous trouverez mes conseils pour choisir le bon cadre (style, format) et encadrer votre œuvre de façon professionnelle et sans faute de goût.