Comment bien préparer ses fichiers d'illustrations

Comment bien préparer ses fichiers d'illustration pour obtenir une qualité optimale quelque soit le support | Cliquez pour découvrir l'article

Si vous lisez cet article, vous souhaitez fournir à vos clients une qualité d’image optimale pour vos illustrations. C’est tout à votre honneur, car en temps qu’illustrateurs, notre réputation et notre crédibilité se joue en partie sur notre aptitude à fournir des fichiers de qualité adaptés à l’utilisation que notre client souhaite en faire.

Cependant, ce n’est pas toujours facile de comprendre tous les termes techniques entre mode de couleurs, profils etc. À mes débuts il m’est arrivé d’avoir quelques sueurs froides en constatant les différences de couleurs entre mon fichier basse déf’ et mon fichier haute déf’ ! Mais heureusement, avec les erreurs on apprend ! Et aujourd’hui, je partage avec vous tout ce que je sais en matière de préparation de fichiers. C’est parti !

1 | Quelques notions de base

Mode et Profil colorimétrique

CMJN ou RVB ? Premièrement il faut comprendre que de nombreuses nuances créées en RVB (comme le jaune fluo ou le bleu turquoise) n’ont pas d’équivalent en CMJN. En effet, les couleurs de vos illustrations réalisées en mode CMJN sont un mélange de 4 couleurs à savoir les 3 couleurs primaires + le noir (CMJN = Cyan – Magenta – Jaune – Noir) alors que les couleurs créées en mode RVB  sont quant à elles, composées de 3 couleurs seulement (RVB = Rouge – Vert – Bleu).

Comment bien préparer ses fichiers d'illustration pour obtenir une qualité optimale quelque soit le support | Cliquez pour découvrir l'article

L’espace colorimétrique RVB étant plus grand que l’espace colorimétrique CMJN, si vous avez un doute sur le mode de diffusion d’une illustration que vous êtes en train de réaliser, il est préférable de travailler en CMJN.

Comment bien préparer ses fichiers d'illustration pour obtenir une qualité optimale quelque soit le support | Cliquez pour découvrir l'article

Dans 99% des cas, le mode RVB est utilisé pour les illustrations destinées à être vues sur un écran, alors que le mode CMJN est prévu pour l’impression. Cependant, nous allons voir dans cet article qu’il y a des exceptions. Si vous avez un doute sur le mode de diffusion d’une illustration, il est préférable de travailler en CMJN. Ainsi, vous n’aurez pas de mauvaise surprise au moment de la préparation de votre fichier haute déf’.

Tips : Si vous avez fait l’erreur de commencez à coloriser votre illustration en RVB et que vous souhaitez la passer en CMJN, l’astuce pour ne pas avoir de trop grandes différences de couleurs entre les 2 modes, et de convertir votre illustration en profil CMJN : Edition > Convertir en profil > Choix du profil dans la liste déroulante (exemple : CoatedFOGRA27).

Résolution et format

  • Pour une qualité d’image optimale à l’impression, il est impératif de travailler en 300 dpi minimum. Si vous ne savez pas à quelle mode de diffusion est destinée votre illustration ou s’il s’agit d’une illustration personnelle, je vous conseille de travailler au minimum au format A4 à 300 dpi. De cette façon, plus tard, si vous souhaitez en faire une affiche ou si un client souhaite vous acheter les droits pour un projet imprimé, vous aurez un fichier haute déf’ à disposition.
  • Si vous travaillez à partir de dessins et d’éléments scannés (textures d’aquarelle, papiers, etc.), la qualité de votre illustration finale dépendra également de ces derniers. Pour une bonne qualité d’image à l’impression, assurez-vous que vos scans soient bien nets et à 300 dpi minimum.
Tips : Si votre feuille est un peu gondolée, veillez à mettre un objet un peu lourd sur le capot de votre scanner afin de maintenir votre feuille bien à plat à l’intérieur et obtenir un scan parfaitement net.

Lorsque vous commencez un projet pour un client destiné à être diffusé sur plusieurs supports, pensez-bien à lui demander le format maximum utilisé. C’est ce format qui vous servira de référence pour votre fichier de travail. Fournissez uniquement les formats demandés à votre client, inutile de lui fournir un fichier plus grand. Ce n’est pas ce qu’il a demandé ni ce pourquoi il a payé.

Nom des fichiers

Afin d’optimiser votre processus de travail et améliorer l’expérience de votre client, utilisez une nomenclature claire pour tous vos fichiers :

Exemple :
illustration basse définition : Elodie_illustration-bateau.jpg
illustration haute définition : Elodie_illustration-bateau_HD.tif

Comment bien préparer ses fichiers d'illustration pour obtenir une qualité optimale quelque soit le support | Cliquez pour découvrir l'article

2 | Préparer ses fichiers pour l’impression

Les fichiers destinés à l’impression sont les plus fastidieux à préparer :

  • Les fichiers destinés à l’impression sont à préparer impérativement en 300 dpi,  CMJN à l’exception des fichiers destinés aux tirages d’art.
  • La charge d’encre ne devrait pas excéder les 300% (cumul du CMJN) car cela pourrait engendrer des problèmes de séchage, arrachage. Personnellement je ne me suis jamais soucié de vérifier le taux d’encrage mais en écrivant cet article, j’ai découvert qu’il y avait un espace dans Photoshop pour régler le taux d’encrage :
    Édition > Couleurs. Dans la fenêtre, allez dans CMJN puis CMJN personnalisé. De base, la limite de l’encrage total devrait être à 300% max et à 100% pour le noir.
  • Veillez à bien écrasez vos fichiers. Dans le cas où votre client aurait besoin de certains calques (exemple : les personnages séparés du fond), écrasez au maximum vos calques et ne gardez que les calques demandés).
  • Dans Photoshop, dans la fenêtre « Couches », il ne doit y avoir que les couches CMJN. Supprimez les autres couches de masquage, et dans la fenêtre « Tracés », supprimez tous les tracés.

illustration de commande

Exemple : Magazines, Packaging, etc.
Résolution recommandée : 300 dpi
Format recommandé : Tiff ( compression sans perte LZW lors de l’exportation.) ou jpg en 2ème option (perte de qualité d’image)
Profil recommandé : CMJN – CoatedFogra27 | CoatedFogra39
Logiciels recommandés pour l’exportation : Photoshop / Illustrator pour les illustrations vectorielles

illustration de papeterie & mise en page

Exemple : carnet, bloc-notes, faire-part, flyer, brochure etc.

De manière générale, les imprimeurs ont leurs préférences, l’idéal est de voir avec eux les différentes spécificités techniques.

  • 3 à 5 mm autour de votre image pour anticiper la coupe
  • Vectoriser tous vos textes sous peine de voir votre typo remplacée par une autre
  • Pour une impression avec vernis sélectif, préparer un fichier séparé avec la forme à vernir en blanc ou noir

Résolution recommandée : 300 dpi
Format recommandé : PDF
Profil recommandé : CMJN – CoatedFogra27 | CoatedFogra39
Logiciel recommandé pour l’exportation : Indesign

Tirage d’ art

Les tirages d’art sont imprimés sur des machines différentes nécessitant un fichier RVB. Personnellement j’avais du mal à comprendre cette subtilité au départ mais c’est comme ça 😉.

Résolution recommandée : 300 dpi
Format recommandé : Tiff ( compression sans perte LZW lors de l’exportation.) ou jpg en 2ème option (perte de qualité d’image)
Profil recommandé : RVB – Adobe RGB (1998)
Logiciels recommandés pour l’exportation : Photoshop / Illustrator pour les illustrations vectorielles

3 | Préparer ses fichiers pour le web

 

ILLUSTRATION WEB

Pour les illustrations destinées à être diffusées sur un écran, les exigences sont moins élevées car « what you see is what you get » 😉.  En revanche il faudra bien choisir votre format, en fonction du type d’illustration et effectuer les réglages pour obtenir le meilleur rapport qualité / poids du fichier.

Pour exporter votre fichier pour le web dans Photoshop : 
Fichier > Exportation > Enregistrez pour le web

Résolution recommandée : 72 dpi
Formats recommandés : Jpeg | Png-24 pour obtenir un fond transparent (cocher « Transparence » et « Entrelacé ») | Gif pour une animation | Svg (Dans Illustrator : Fichier > Exporter vers les écrans)
Profils recommandés : RVB – Adobe RGB (1998)
Logiciels recommandés pour l’exportation : Photoshop / Illustrator pour les illustrations vectorielles

Et voilà maintenant vous savez comment préparer vos fichiers d’illustration quelque soit le support. Est-ce que de votre côté vous avez d’autres astuces pour optimiser vos fichiers ? Et est-ce qu’il y a une information dans cet article que vous recherchiez et qui vous a aidé ? Si oui ça m’intéresse, dites-moi tout en commentaire 😉.

En ce moment je travaille à l’écriture d’une future formation en ligne à destination des illustrateurs. Si tu veux être tenu.e au courant de son lancement, clique-ici.

 

8 Commentaires

  • marie

    Ah si j’avais eu toutes ces infos quand j’ai commencé l’illustration !!! J’aurai gagné un sacré bout de temps lors du passage au numérique ! (je ne suis pas une jeunette, j’ai connu l’époque sans ordinateurs…) Merci pour tes conseils !

    • elodie_2019

      Ahaha merci à toi pour ton petit mot 🙂

  • Anne-Lise

    Ce sujet tombe à pic! Je cherchais justement quelles étaient les contraintes liées à l’impression!
    Merci beaucoup à toi de partager ces précieux tips avec nous!

    • elodie_2019

      Ah tant mieux je suis heureuse que ces infos te soient utiles 😉

  • Charlotte

    Super article, merci pour ce condensé d’information et ton travail. Malheureusement je ne suis pas disponible les mardi pour voir tes directs sur Insta, est ce qu’il serait possible que tu les enregistres pour pouvoir les revoir ?

    • elodie_2019

      Je t’en prie 😉 Pour info tu as la possibilité de revoir les lives pendant 24h après leur diffusion, et je cherche actuellement une autre plateforme pour faire les lives.

  • Elise

    Merci beaucoup pour toutes ces informations si précieuses 😊

    • elodie_2019

      De rien merci à toi pour ton petit mot 🙂

Poster un commentaire